MEDIUM

Conceptuelle, l’œuvre de Fatima Mazmouz se construit comme une recherche dont chacun des travaux (dessin, photo, sculptures…) constitue une étape de cette investigation. Ainsi chaque projet construit de nouveaux outils (artistiques) d’analyse qui permettent de penser la recherche à venir comme par exemple la Super Oum qui est née de la réflexion du corps de la grossesse, devient une figure de la résistance.

Le corps

L’œuvre de Fatima Mazmouz se présente comme une œuvre polymorphe dans laquelle la réflexion autour du corps s’impose. Pour l’artiste, le « corps est avant tout politique » et résume à lui seul tous les enjeux de domination politiques sociaux et culturels au cœur de nos sociétés. Le corps est ce médium qui se trouve à la croisée de la petite et de la grande Histoire. Dans ce sens, explorant son expérience (de corps de femme), elle interroge son propre corps comme outil et médium de prédilection pour sa recherche artistique que ce soit dans la photographie, la vidéo ou encore la performance.

La photographie

La photographie reste son mode d’expression le plus prisé. Chaque nouvelle recherche commence par la photographie.

Face à l’objectif de l’appareil, l’artiste se met en scène souvent sous forme de performance photographiée. Ces photographies donnent lieu à un genre direct et très frontal, comme avec les Super Oum où elle apparait arborant un ventre de grossesse. Ces travaux témoignent souvent d’un ton revendicateur et se positionnent  comme « engagés ».

Par ailleurs, la photographie de Fatima Mazmouz s’exprime aussi dans un style onirique et bien plus introverti, lorsqu’il s’agit de retranscrire une pensée de l’intérieur. Souvent l’usage de la dentelle est requis dans sa photographie, la dentelle qui représente cette trame (de l’entre deux) constamment présente dans l’œuvre de Fatima Mazmouz.

Photographie du dedans et du dehors, la démarche photographique de Fatima Mazmouz illustre parfaitement ce va et vient constant entre nos réflexions intimes, intérieures et celles qui transgressent la trame de notre corps pour exister dans l’espace public.

La vidéo 

La vidéo prend le relais et vient accompagner l’usage de la photographie lorsque le sujet et le propos traité requiert la pertinence d’une image en mouvement, imposant une autre temporalité.

Le dessin 

Le dessin vient déployer les différentes thématiques engrangées par l’artiste. Il développe la recherche vers un langage plastique minimaliste et fonctionnel en proposant un nouveau vocabulaire artistique. Par exemple, depuis l’élaboration de la Super Oum, la silhouette dessinée de celle-ci, ou juste les contours du ventre de la Super Oum deviennent un espace de création à part entière et un véritable réservoir d’idées.

La sculpture et l’installation

Le dessin se décline aussi sous forme de découpe sur différents supports comme le tissu, le plexiglas, l’acier, réalisant ainsi des sculptures voire des installations, comme la série des Constellations.

Les mots étant au cœur de la réflexion et de la recherche théorique, en plus des sculptures réalisées à partir des silhouettes, l’artiste développe une recherche verbale qui prend forme dans des sculptures murales préalablement découpées sur les supports énumérés comme la fameuse phrase : « Je panse donc je suis ».